Le Fort de Buoux – Un patrimoine historique du Luberon

Buoux

Le fort de Buoux est un site remarquable placé au cœur de la Provence sur un promontoire rocheux qui lui confère un large spectre panoramique.

A ne pas confondre avec le château de Buoux, ces belles ruines datent vraisemblablement du XIème siècle et furent bâties sur une plate-forme caillouteuse de 600 mètres de long sur 100 mètres de large. Cette hauteur magistrale a rendu des escarpements vertigineux de 60 mètres de haut qui devaient être occupés depuis l’âge de bronze.

Son accès semble perdu au milieu de la montagne au milieu des plus jolies falaises d’escalade du Sud de la France. Dès l’arrivée sur les lieux, l’ancienne fortification seigneuriale est comme resplendissante. Ce lieu connu depuis 5000 ans démontre comment l’Homme s’est adapté à une nature sauvage et qui demeure encore cachée.

Bien que cet établissement fut abandonné au XVIe siècle ; aujourd’hui, notre habileté artisanale est réquisitionnée pour restaurer et consolider les vestiges encore en place. Cela permet de sécuriser et donner une meilleure lecture de ces ruines légendaires aux visiteurs.

Un illustre accès pour un emplacement exceptionnel

Avec son passé extraordinaire, le Fort Buoux a encore beaucoup de secrets à livrer.

Dans son écrin de verdure plutôt difficile à approcher, ce patrimoine architectural est empli de mystères et de magie.

Pour percer cette légende et l’explorer au plus près, direction Buoux dans le massif du Luberon. Depuis le parking situé en contrebas, il faut compter une belle balade d’environ 2 heures au cœur d’une flore luxuriante pour gagner la citadelle et en faire le tour.

Le chemin qui serpente dans les collines est la seule et unique voie pour monter au fort. Elle est plutôt escarpée, mais elle se monte assez facilement.

C’est d’ailleurs en franchissant ce sentier rocailleux que l’on peut observer les premières empreintes historiques du site.

Des blocs de pierres calcaires soutenant les allées sont encore bien visibles. Ce caladage artisanal fait à partir d’énormes blocs rocheux permettait certainement de limiter l’érosion des flancs environnants mais aussi de faciliter l’accès à la forteresse.

Les historiens divergent sur les sujets ; mais il semblerait que ce circuit pierrier ait été mis en place une fois que les somptueuses fortifications supérieures aient vu le jour.

Ce chemin a vu passer des hommes, des animaux (mulets, ânes, vaches…) qui transportaient du ravitaillement (armes, vivres, matériaux…) pour les gardes et les résidents protégés par le fort.

Ces calades de pierres taillées dans la roche avec de vastes marches, ont d’ailleurs donné  le nom de « pas-d’âne » encore employé dans les conceptions actuelles. Elles avaient été mises en place pour faciliter le pas des ânes.

Cette escapade à la fois culturelle et enchanteresse est donc à prévoir avec de bonnes chaussures et un pique-nique à savourer une fois arrivé sur les hauteurs resplendissantes.

Des ruines légendaires aux perspectives saisissantes

Au fil des siècles, le mythe qui plane sur les vestiges de ce magnifique patrimoine local s’est dissipé petit à petit.

Le chemin réalisé par une calade de pierre résultant d’une belle ingéniosité à livré quelques secrets. On sait que cet accès sculpté dans la terre était encore plus étroit qu’à l’existant qu’on lui connaît. Il semble avoir été consolidé lorsque la population habitant le site fut plus nombreuse et encadrée par la présence de soldats.

Sur place, on distingue encore l’ancienne église datant du XIIIe siècle, des habitats rupestres, la tour ronde d’angle qui surveille la combe de Serre, des silos protohistoriques, des remparts et même un escalier dérobé spectaculaire dans la falaise. Tous ces monuments ont fait l’objet de fouilles archéologiques permettant de statuer sur des périodes d’existence.

En effet, au XVIe siècle, les guerres de religion redonnent de l’intérêt aux fortifications de la région et un long chassé croisé entre protestants et catholiques laissa des traces indélébiles dans les monuments qui y ont été dressés.

On sait qu’en 1649, 20 hommes étaient encore assignés à la garde du Fort de Buoux. Sur le rocher il est même encore possible d’observer la trace des roues de charrettes ou de chariots à patins. Une âme qui resplendit et qui offre plusieurs points de vue magnifiques pouvant être admirés depuis différents endroits sur les hauteurs du fort.

En Été comme en Hiver, les édifices conservés offrent des explications très pertinentes sur les événements qui s’y sont déroulés. La visite pittoresque charme aussi bien les adultes que les enfants et lorsque vous venez ici sous le givre ou au Printemps lorsque la végétation renaît, il est certain que vous n’allez pas le regretter.

Particularités d’une visite et de la rénovation du Fort de Buoux

Si vous recherchez une promenade au milieu d’une flore impressionnante et sauvage, ce lieu exceptionnel du Vaucluse vaut vraiment le détour.

Emprunt d’un passé sublime, la superbe vue du haut de la citadelle entre ruines et paysage sensationnel est un moment unique à vivre seul, en duo ou en famille. Il vous berce dans une sorte de nostalgie rare. Le prix de l’entrée adulte est de 6€ et se justifie par une participation modeste qui sert à reconstruire et sécuriser l’ensemble du site.

En effet, la découverte actuelle du Fort de Buoux résulte de nombreux efforts de rénovation et de conservation de ce patrimoine. Malgré un savoir-faire en matière de sites minéraux et une haute technicité, l’établissement de ces nombreux monuments historiques livrent une certaine difficulté à déterminer les productions céramiques qui y ont jadis été appliquées.

C’est donc avec des techniques de façonnage ancestrales que nous nous mettons au service de la municipalité afin d’offrir aux visiteurs et à nos enfants un héritage flamboyant.

Les voûtes, les remparts, les églises et les mas demandent un travail de relevé graphique précis afin de sublimer l’existant en se conformant à ses origines. Tous les matériaux utilisés proviennent tous du Sud de la France, de la région Rhodanienne et du bassin d’Apt afin de retranscrire au mieux les céramiques d’antan.

Cet achèvement demande un travail d’orfèvre sur l’ensemble des ouvrages ; mais l’exploration des passants qui devinent les différentes formes finales que prendront ce projet colossal en font un satisfaction constante.

Autres chantiers

Nous contacter

N’hésitez pas à nous laisser un message, pour nous donner votre avis,
vos impressions sur la restauration des chantiers que nous avons réalisés…
et pourquoi pas prendre contact pour de futures réalisations…

    Par téléphone au

    06.20.66.71.94

    Art et Rénovation

    Stéphane Roucheton

    28 chemin du puisatier
    84400 GARGAS
    EURL au capital de 60 000 €

    Marqueur